PostgreSQL La base de donnees la plus sophistiquee au monde.

Dans les bacs

Nouvelles versions, nouveaux produits

Fil des billets

vendredi 13 mai 2016

PostgreSQL 9.6 Beta est sortie ! Testez le parallèlisme

Le PostgreSQL Global Development Group (PGDG) vient d'annoncer la sortie de la première version bêta de PostgreSQL 9.6. Cette version donne un aperçu de toutes les fonctionnalités qui seront présentes dans la version finale, même si certains détails peuvent encore changer. Le projet PostgreSQL encourage tous les utilisateurs à tester leurs applications sur cette version.

Fonctionnalités principales de la 9.6

La version 9.6 contient des changements importants et des améliorations prometteuses, notamment :

  • Le parallélisme : les parcours séquentiels, les jointures et les agrégats peuvent désormais être exécutés en parallèle
  • La cohérence des lectures entre plusieurs noeuds Hot Standby synchrones
  • la recherche plein-texte de phrases ;
  • Le connecteur postgres_fdw peut exécuter les tris, jointures, UPDATEs, DELETEs sur les serveurs distants ;
  • La réduction de l'impact des autovacuum sur les grandes tables en évitant de "refreezer" les données anciennes.

Parmi ces nouveautés, le parallèlisme devrait apporter un gain de performance important pour certaines requêtes.

La chasse aux bugs est ouvertes

Comme pour toutes les versions majeures, les améliorations de PostgreSQL impliquent des modifications sur de très grandes parties du code. La communauté PostgreSQL compte sur vous pour tester cette version dans votre contexte et signaler les bugs et les régressions avant la sortie de la version 9.6.0. Au-delà des nouvelles fonctionnalités, vous pouvez également tester si :

  • les requêtes parallèles améliorent les performances pour vous ?
  • les requêtes parallèles crashent ou provoquent des pertes de données ?
  • PostgreSQL fonctionne correctement sur vos plateformes ?
  • l'amélioration du vacuum freeze réduit l'autovacuum des tables volumineuses ?
  • la recherche plein texte sur des phrases retourne les résultats attendus ?

La version 9.6 beta 1 modifie également l'API des backups binaires. Les DBA sont invités à tester la version 9.6 avec les outils de sauvegarde tels que pgBackRest, Barman, WAL-E ou tout autre outil interne ou packagé.

Il s'agit d'une beta et donc des modifications mineures sont possibles au niveau du comportement, des fonctionnalités et des APIs. Votre feedback et vos tests aideront à finaliser les nouveautés, alors attaquez les tests le plus rapidement possible ! La qualité des tests utilisateurs a un impact important sur la date de sortie de la version finale.

Calendrier

Ceci est la première version beta de la version 9.6. Le projet PostgreSQL sortira des versions beta supplémentaires aussi souvent que nécessaires, suivies de version candidates et enfin la version finale prévue pour fin 2016. Pour plus d'information, rendez-vous sur cette page : http://www.postgresql.org/developer/beta/

Liens

Sortie de PostgreSQL 9.5.3, 9.4.8, 9.3.13, 9.2.17 et 9.1.22

Le PostgreSQL Global Development Group a publié une mise à jour de toutes les versions supportées du SGBD, incluant les versions 9.5.3, 9.4.8, 9.3.13, 9.2.17 and 9.1.22. Ces versions mineures corrigent un certain nombre de problèmes découverts par les utilisateurs sur les deux derniers mois. Les utilisateurs touchés par les problèmes corrigés sont invités à mettre à jour leur installation immédiatement; les autres doivent planifier la mise à jour dès que possible.

Corrections de bugs et améliorations

Cette mise à jour corrige plusieurs problèmes qui provoquent des indisponibilités pour les utilisateurs :

  • Suppression de la file d’erreur OpenSSL avant un appel à OpenSSL, pour éviter des erreurs sur les connexions SSL, en particulier en utilisant les wrappers OpenSSL Python, Ruby ou PHP
  • Correction de l’optimiseur pour éviter des erreurs de type “failed to build N-way joins”
  • Correction sur la gestion des équivalences dans des plans d’exécution utilisant plusieurs Nested Loop, qui peuvent retourner des lignes qui ne correspondaient pas à la clause WHERE
  • Correction de deux fuites mémoires lors de l’utilisation d’index GIN, dont une pouvant potentiellement entraîner des corruptions d’index

Cette mise à jour inclut également des corrections pour des problèmes reportés, dont la plupart affectent toutes les versions supportées :

  • Correction d’erreurs de parsing lorsque le paramètre operator_precedence_warning est activé
  • Correction d’un possible mauvais comportement de la fonction to_timestamp() avec les codes TH, th et Y,YYY
  • Correction de l’export des vues et des règles qui utilisent ANY (array) dans un sous-SELECT
  • Interdiction d’utiliser un caractère retour-chariot dans la valeur d’un paramètre avec ALTER SYSTEM
  • Correction de différents problèmes liés à la suppression du lien symbolique vers un tablespace
  • Correction d’un plantage du décodage logique sur certaines plate-formes sensibles à l’alignement des données
  • Suppression des demandes répétées de retour du destinataire lors de l’arrêt du processus walsender
  • Correction de plusieurs problèmes de pg_upgrade
  • Ajout du support de la compilation avec Visual Studio 2015

Cette publication contient aussi la version 2016d de tzdata, qui réalise les mises à jour des timezones pour la Russie, le Venezuela, Kirov, Tomsk.

Mise à jour

Les mises à jours mineures sont cumulatives. Comme avec les autres versions mineures, les utilisateurs n’ont pas besoin de sauvegarder et restaurer les bases de données ou d’utiliser pg_upgrade pour mettre en place cette mise à jour. Vous pouvez simplement arrêter PostgreSQL, mettre à jour les binaires et le redémarrer. Les utilisateurs qui ont ignoré plusieurs mises à jour mineures peuvent avoir besoin de réaliser des opérations après mise à jour. Voir les notes de version pour les détails.

Liens

vendredi 12 février 2016

Sortie de PostgreSQL 9.5.1, 9.4.6, 9.3.11, 9.2.15 et 9.1.20

Le PostgreSQL Global Development Group a publié une mise à jour de toutes les versions supportées du SGBD, incluant les versions 9.5.1, 9.4.6, 9.3.11, 9.2.15 et 9.1.20. Ces versions mineures corrigent deux problèmes de sécurité, ainsi qu'un certain nombre de problèmes découverts sur les quatre derniers mois. Les utilisateurs vulnérables aux problèmes de sécurité doivent mettre à jour leur installation immédiatement; les autres doivent planifier la mise à jour dès que possible.

Correction d'un problème de sécurité dans les expressions régulières, PL/Java

Cette publication clôt la faille de sécurité CVE-2016-0773, un problème avec l'analyse d'expressions régulières (regex). Le code précédent permettait à l'utilisateur de passer dans les expressions des valeurs en dehors de l'intervalle de caractères unicodes, déclenchant l'arrêt brutal du backend. Ce problème est critique pour les systèmes PostgreSQL avec des utilisateurs non approuvés (untrusted) ou qui génèrent des regex basées sur une entrée utilisateur.

Cette mise à jour corrige aussi CVE-2016-0766, un problème d'élévation de privilège pour les utilisateurs de PL/Java. Certains paramètres de configuration particuliers (GUCS) pour le PL/Java sont maintenant seulement modifiables par le super-utilisateur de la base de données.

Autres corrections et améliorations

En plus des corrections indiquées ci-dessus, de nombreuses corrections de problèmes rapportés par les utilisateurs ces derniers mois ont été inclues. Ceci inclut notamment de nombreuses corrections sur les nouvelles fonctionnalités introduites en version 9.5.0, ainsi que la réécriture de pg_dump pour éliminer des problèmes chroniques dans la sauvegarde des extensions. Parmi eux il y a :

  • Correction de nombreux problèmes dans pg_dump avec certains types d'objets
  • Prévention de l'affaissement over-eager des clauses HAVING pour les GROUPING SETS
  • Correction de la transformation en chaîne de caractères des erreurs avec les clauses ON CONFLICT ... WHERE
  • Correction d'erreurs de tableoid pour postgres_fdw
  • Prévention d'exception sur les floating-point dans pgbench
  • Fait en sorte que \det recherche toujours les noms de tables distantes
  • Correction de l'encadrement par quote des noms de contraintes des domaines dans pg_dump
  • Prévention d'introduire des objets étendus dans les noeuds Const
  • Permet la compilation du PL/Java sur Windows
  • Correction de l'erreur "unresolved symbol" dans l'exécution de code PL/Python
  • Permet l'utilisation de Python2 et Python3 dans la même base de donnée
  • Ajout du support de Python 3.5 dans le PL/Python
  • Corrige un problème avec la création de sous répertoire pendant l'initdb
  • Fait en sorte que pg_ctl rapporte le statut correctement sur Windows
  • Supprime une erreur apportant de la confusion quand pg_receivexlog est utilisé avec de vieux serveurs
  • Nombreuses corrections et ajouts dans la documentation
  • Correction de calculs de hash erronés dans gin_extract_jsonb_path()

Cette publication contient aussi la version 2016a de tzdata, qui réalise les mises à jour des timezones pour les zones Iles Caiman, Metlakatla, Trans-Baikal Territory (Zabaykalsky Krai), et Pakistan.

Comment mettre à jour ?

Les utilisateurs des versions 9.4 devront reindexer tout index jsonb_path_ops déjà créé, pour corriger un problème persistant d'entrées manquantes dans ces index.

Comme avec les autres versions mineures, les utilisateurs n'ont pas besoin de sauvegarder et restaurer les bases de données ou d'utiliser pg_upgrade pour mettre en place cette mise à jour. Vous pouvez simplement arrêter PostgreSQL, mettre à jour les binaires et le redémarrer. Les utilisateurs qui ont ignoré plusieurs mises à jour mineures peuvent avoir besoin de réaliser des opérations après mise à jour. Voir les notes de version pour les détails.

Liens:

jeudi 7 janvier 2016

PostgreSQL 9.5 : UPSERT, Row Level Security et Big Data

Le 7 janvier 2016 : Le PostgreSQL Global Development Group annonce la publication de la version 9.5 de PostgreSQL. Cette version ajoute les capacités d'UPSERT, les droits de niveau ligne (Row Level Security), et de nombreuses fonctionnalités orientées Big Data, qui ouvrent plus grand encore les possibilités d'utilisation de PostgreSQL. Avec ces nouvelles fonctionnalités, PostgreSQL va devenir le choix par défaut pour un nombre encore plus grands d'applications, qu'il s'agisse de startups, de grandes entreprises ou d'agences gouvernementales.

Annie Prévot, DSI de la CNAF, déclare, « La CNAF sert 11 millions d'allocataires. Elle verse 73 milliards d'euros par an, au travers de 26 types de prestations. Ce service, essentiel à la population, s'appuie sur un système d'information qui se doit d'être absolument performant et fiable. Le système d'information de la CNAF s'appuie avec satisfaction sur le gestionnaire de Base de données PostgreSQL. En utilisation sur la moitié des systèmes, ce logiciel libre offre toutes les garanties de fonctionnement et de fiabilité. Il est en phase de déploiement sur l'ensemble des systèmes. »

UPSERT

UPSERT, raccourci de « INSERT, ON CONFLICT UPDATE », est une fonctionnalité réclamée depuis longtemps par les développeurs d'applications. Elle permet de traiter de la même façon l'ajout ou l'actualisation de lignes. UPSERT simplifie le développement des applications web et mobile en permettant de laisser la base gérer les conflits entre modifications concurrentes des données. Cette fonctionnalité supprime également la dernière barrière à la migration d'applications MySQL historiques vers PostgreSQL.

Développée sur les deux dernières années par Peter Geoghegan, programmeur au sein de la société Heroku, l'implantation de UPSERT au sein de PostgreSQL est nettement plus souple et puissante que celle de la plupart des autres SGBDR. La nouvelle clause ON CONFLICT permet d'ignorer la nouvelle donnée, ou d'actualiser différentes colonnes ou relations, de façon à supporter les chaînes d'ETL (Extract, Transform, LOAD) les plus complexes. Et, à l'instar de PostgreSQL, cette fonctionnalité a été conçue pour être totalement concurrentielle, et s'intégrer avec les autres fonctionnalités de PostgreSQL, dont la réplication logique.

Row Level Security

PostgreSQL continue d'étendre les possibilités de sécurisation des accès, avec la nouvelle fonctionnalité Row Level Security (RLS). RLS propose un vrai contrôle d'accès par ligne et par colonne, qui s'intègre avec les outils externe de sécurisation, tel SELinux. PostgreSQL est déjà connu comme « la base la plus sécurisée par défaut ». RLS conforte cette position de meilleur choix par défaut pour les applications à fort besoin de sécurisation, telles que la conformité PCI, la dIrective Européenne de protection des données, et les standards de protection des données des systèmes de santé.

RLS est l'aboutissement de 5 ans d'ajout de fonctionnalités de sécurité à PostgreSQL, ce qui inclut les travaux de KaiGai Kohei de NEC, Stephen Frost de Crunchy Data, et ceux de Dean Rasheed. À travers cette fonctionnalité, les administrateurs de base de données peuvent définir des politiques de sécurité, qui filtrent les lignes visibles en fonction des utilisateurs. La sécurisation mises en place par ce biais est résistante aux injections SQL et autres trous de sécurité de niveau applicatif.

Fonctionnalités Big Data

PostgreSQL 9.5 inclut de nombreuses nouvelles fonctionnalités pour les bases plus volumineuses, et l'intégration avec les systèmes Big Data. Ces fonctionnalités garantissent que PostgreSQL va continuer de jouer un rôle majeur dans le marché grandissant du Big Data en logiciels libres. Citons :

Les index BRIN : Ce nouveau type d'index permet la création d'index beaucoup plus petits, mais très efficaces, pour les tables volumineuses. Il est nécessaire que les données soient ordonnées. Par exemple, des tables contenant des millions de lignes de traces peuvent être indexées et interrogées en 5% du temps nécessaire lors de l'utilisation d'index de type BTree.

Tris plus rapides : PostgreSQL trie désormais les données textuelles et numériques plus rapidement, à l'aide d'un algorithme appelé "clés abrégées" ou "abbreviated keys". Cela accélère certaines requêtes qui nécessitent de trier des volumes considérables de données d'un facteur 2 à 12, et peut également accélérer la création d'index d'un facteur 20.

CUBE, ROLLUP et GROUPING SETS : Ces nouvelles clauses du standard permettent de produire des rapports avec plusieurs niveaux de synthèse en une seule requête. CUBE permet également une meilleure intégration de PostrgreSQL avec un nombre plus grand d'outils de création de rapports OLAP (Online Analytic Processing), tel Tableau.

Les Foreign Data Wrappers (FDW) : Ils permettent déjà d'utiliser PostgreSQL pour interroger des systèmes Big Data, tel Hadoop ou Cassandra. La version 9.5 ajoute IMPORT FOREIGN SCHEMA et les jointures au niveau des sources externes, ce qui rend les connexions aux données externes plus efficaces et plus faciles à établir.

TABLESAMPLE : Cette clause SQL permet de récupérer rapidement un échantillon statistique d'une table sans tri coûteux.

« Le nouvel index BRIN apparu dans PostgreSQL 9.5 est une fonctionnalité puissante qui permet à PostgreSQL de gérer et indexer des volumes de données difficiles, voire impossibles à traiter par le passé. Il permet de faire évoluer les données et les performances au delà de la limite considérée précédemment avec les bases relationnelles traditionnelles et fait de PostgreSQL une solution parfaite pour les analyses Big Data," déclare Boyan Botev, Lead Database Administrator, Premier, Inc.

Liens

jeudi 12 novembre 2015

Publication de PostgreSQL 9.5 Beta 2

Le PostgreSQL Global Development Group annonce aujourd'hui la deuxième bêta de la version 9.5 de PostgreSQL.


Lire la suite...

jeudi 8 octobre 2015

Publication de PostgreSQL 9.5 Beta 1

Le PostgreSQL Global Development Group annonce aujourd'hui la première bêta de la version 9.5 de PostgreSQL. Cette version contient toutes les fonctionnalités qui seront dans la version finale. Peu de modifications devraient intervenir. Les utilisateurs peuvent désormais tester leurs applications avec cette version en préparation de la version finale.

Lire la suite...

Nouvelles versions mineures au 8 octobre 2015

Le PostgreSQL Global Development Group a publié une mise à jour de toutes les versions maintenues du système de gestion de bases de données.
Cette mise à jour inclut les versions 9.4.5, 9.3.10, 9.2.14, 9.1.19 et 9.0.23.
Elle corrige deux failles de sécurité, et les bogues découverts au cours des 4 derniers mois.
Les utilisateurs vulnérables aux failles de sécurité doivent procéder à la mise à jour le plus vite possible.
Les autres peuvent utiliser la prochaine fenêtre de maintenance programmée pour procéder à la mise à jour.

Il s'agit également de la dernière version corrective pour la branche 9.0.

Lire la suite...

vendredi 22 mai 2015

Nouvelles versions mineures

Le PostgreSQL Global Development Group a publié un correctif qui concerne de nombreuses fonctionnalités et failles de sécurité. Toutes les versions de PostgreSQL sont concernées. Les nouvelles versions sont 9.4.2, 9.3.7, 9.2.11, 9.1.16 et 9.0.20. La mise à jour contient le correctif d'une possible corruption de données sur les versions 9.3 et 9.4 de PostgreSQL. Il est recommandé de procéder à la mise à jour dès que possible.

Correctif de la corruption de données

Les utilisateurs des versions 9.3 et 9.4 sont concernés par ce correctif. Les versions 9.2 ou précédentes ne sont pas affectées. La mise à jour corrige le problème du bouclage d'identifiant « multixact » ("multixact wraparound"), qui induit une corruption ou une perte de données. Les utilisateurs dont le taux de transactions est très élevé (1 million par heure) sur des bases ayant de nombreuses clés étrangères sont particulièrement vulnérables. Il est plus que recommandé de procéder aux mises à jour des installations dans les prochains jours.

Correctifs de sécurité

Cette mise à jour corrige trois failles de sécurité rapportées ces derniers mois. Aucune n'est particulièrement urgente. Toutefois, il est conseillé aux utilisateurs de vérifier si leurs installations sont concernées.

   CVE-2015-3165 Double libération de mémoire après timeout d'authentification.
   CVE-2015-3166 Erreurs imprévues de la bibliothèque standard
   CVE-2015-3167 pgcrypto contient plusieurs messages d'erreur lors de déchiffrement avec une mauvaise clé.

Il est également conseillé aux utilisateurs des authentifications par Kerberos, GSSAPI, ou SSPI de positionner include_realm à 1 dans le fichier pg_hba.conf, cette valeur devenant la valeur par défaut dans les futures versions.

Pour plus d'informations sur ces failles, on peut se référer aux pages de sécurité sur le site de PostgreSQL.

Autres correctifs et améliorations

Une nouvelle version, qui n'est pas celle par défaut, de l'extension citext corrige les fonctions regexp_matches() précédemment non-documentées, pour les aligner sur les versions texte usuelles de ces fonctions. La version corrigée utilisant un type de retour différent de l'ancienne, il est nécessaire de tester les applications avant d'exécuter la commande "ALTER EXTENSION citext UPDATE".

Plus de 50 autres correctifs sont fournis par ces mises à jour. La plupart concernent l'ensemble des versions supportées.

On peut citer :

 * la traduction des dates et estampilles temporelles infinies en "infinity" lors de conversion en json ;
 * la correction des fonctions json/jsonb populate_record() et to_record() ;
 * la correction de la vérification des contraintes d'exclusion différée ;
 * l'amélioration de la planification des requêtes touchant plusieurs schémas ;
 * la correction de trois problèmes de jointures ;
 * la garantie de verrouillage correct lors de l'utilisation de barrières de sécurité ("security barriers") dans les vues ;
 * la correction du verrou mort au démarrage lorsque le paramètre max_prepared_transactions est trop faible ;
 * le parcours récusif par fsync() du répertoire de données après un crash ;
 * la correction du lanceur d'autovacuum qui pouvait ne pas s'arrêter ;
 * la gestion de signaux inattendus dans la fonction LockBufferForCleanup() ;
 * la correction du crash de COPY IN vers une table possédant des contraintes de vérification ;
 * la suppression de l'attente de réplication synchrone sur les transactions en lecture seule ;
 * la correction de deux problèmes sur les index hash ;
 * la suppression des fuites mémoire lors de vacuum sur les index GIN ; 
 * la correction de deux problèmes sur les « background workers » ;
 * plusieurs corrections sur la réplication par décodage logique ;
 * plusieurs corrections sur pg_dump et pg_ugrade.

Cette version inclut une mise à jour vers la version 2015d de tzdata, avec les mise à jour pour l'Egypte, la Mongolie, la Palestine, et des modifications historiques pour le Canada et le Chili.

Fin de vie proche pour la branche 9.0

La version 9.0 arrive en fin de vie en septembre 2015. Il est probable que cette mise à jour soit une des dernières de cette branche. Les utilisateurs de PostgreSQL 9.0 peuvent commencer à planifier la mise à jour vers une version plus récente. Voir la page d'information sur les versions (http://www.postgresql.org/support/versioning ) pour de plus amples informations sur les dates de fin de vie.

Comme pour les autres versions mineures, il n'est pas nécessaire d'extraire et recharger les bases ou d'utiliser pg_upgrade pour appliquer cette mise à jour. Il suffit d'arrêter PostgreSQL, et de mettre à jour les binaires.

Les utilisateurs de l'extension citext auront une commande à jouer.

Les utilisateurs ayant négligé les mises à jour précédentes auront peut-être quelques actions post-mise à jour à effectuer.

Liens :

 * Téléchargement
 * Notes de version
 * Page sécurité

jeudi 18 décembre 2014

PostgreSQL 9.4.0


Contenu

  Texte original
  Détail des fonctionnalités
  Téléchargement
  Documentation
  Licence
  Contacts
  Images et Logos
  Informations concernant les sociétés citées
  Support professionnel

Texte original

PostgreSQL 9.4 améliore la flexibilité, l'évolutivité et les performances

18 DÉCEMBRE 2014 : Le PostgreSQL Global Development Group annonce la sortie de PostgreSQL 9.4. Il s'agit de la dernière version en date du système de gestion de bases de données libre de référence. Cette version ajoute de nombreuses fonctionnalités qui améliorent la flexibilité, l'évolutivité et les performances de PostgreSQL. Et cela pour de nombreux cas d'utilisation différents, avec notamment l'amélioration du support de JSON, de la réplication et de la performance de l'indexation.

Flexibilité

Avec le nouveau type de données JSONB, plus besoin de choisir entre le stockage relationnel et non-relationnel : il y a les deux à la fois. JSONB supporte les recherches rapides et les requêtes de recherche d'expressions simples en utilisant les index de type Generalized Inverted Indexes (GIN). De nombreuses nouvelles fonctions permettent de manipuler les données JSON, avec des performances souvent meilleures que celles obtenues avec les bases de données orientées document les plus populaires. Avec JSONB, les données des tables peuvent être facilement intégrées à celles des documents permettant d'obtenir un environnement de bases de données complètement intégré.

« JSONB rapproche PostgreSQL des développeurs de la communauté JavaScript en permettant aux données JSON d'être stockées et requêtées nativement. node.js et les autres frameworks JavaScript côté serveur peuvent désormais profiter de la sécurité et de la robustesse de PostgreSQL, tout en continuant à stocker les données dans le format sans schéma qu'ils préfèrent », précise Matt Soldo, Responsable Produit chez Heroku Postgres.

Evolutivité

Avec la 9.4, le décodage logique (Logical Decoding) offre une nouvelle API pour lire, filtrer et manipuler le flux de réplication de PostgreSQL. Cette interface est la fondation de nouveaux outils de réplication, comme la réplication bi-directionnelle (Bi-Directional Replication), qui permet la création de grappes PostgreSQL multi-maîtres. D'autres améliorations dans la réplication système concernent l'administration et l'utilisation des réplicats, notamment les connecteurs de réplication et les réplicats différés.

« La raison principale à notre adoption immédiate de PostgreSQL 9.4 en production est la nouvelle fonctionnalité de décodage logique », explique Marco Favale, responsable de production Cartographique chez Navionics. « La possibilité d'écrire des greffons de sortie personnalisés et flexibles nous permettra de récupérer de manière transparente les modifications sur certaines tables et de les répliquer où nous voulons, tout en supprimant les contraintes relatives aux solutions de réplication par triggers, lourdes et plus complexes à gérer. »

« Zalando dépend de la stabilité et des performances de centaines de serveurs de bases de données PostgreSQL pour satisfaire des millions de clients partout en Europe », annonce Valentine Gogichashvili, Team Lead Database Operations chez Zalando Technologies. « Nous sommes impatients d'utiliser la réplication différée, immédiatement utilisable, et nous allons évaluer les outils de réplication bi-directionnelle dès qu'ils seront disponibles. »

Performances

La version 9.4 apporte également de multiples gains de performance, permettant aux utilisateurs de tirer plus d'avantages de leur serveur PostgreSQL dont :

  • des améliorations des index GIN, avec une taille réduite de 50% et une vitesse multipliée par 3 ;
  • des vues matérialisées qui peuvent être mises à jour de manière concurrente, pour du reporting plus rapide et plus à jour ;
  • le rechargement rapide du cache de base de données au redémarrage avec pg_prewarm ;
  • une écriture parallèle plus rapide des journaux de transaction de PostgreSQL.

« Nous allons vraiment beaucoup gagner avec le rafraichissement concurrent des vues matérialisées, les réplicats différés (qui permettront aux restaurations après incident d'être plus robustes), ainsi qu'avec les améliorations de performances apportées par chaque nouvelle version », ajoute Marco Favale.

Détail des fonctionnalités

Plus d'informations sur les fonctionnalités ci-dessus et les autres dans les liens suivants :

Téléchargement

Documentation

La documentation au format HTML et les pages de manuel sont installées avec PostgreSQL. La documentation en ligne, exhaustive et interactive, peut être parcourue, interrogée et commentée librement.

Licence

PostgreSQL utilise la licence PostgreSQL, une licence permissive de type BSD. Cette licence certifiée par l'OSI est largement appréciée pour sa flexibilité et sa compatibilité avec le monde des affaires, puisqu'elle ne restreint pas l'utilisation de PostgreSQL dans les applications propriétaires ou commerciales. Associée à un support proposé par de multiples sociétés et une propriété publique du code, sa licence rend PostgreSQL très populaire parmi les revendeurs souhaitant embarquer une base de données dans leurs produits sans avoir à se soucier des prix de licence, des verrous commerciaux ou modifications des termes de licence.

Contacts

Pages Web

Contact presse

France et pays francophones
Stéphane Schildknecht
fr at postgresql dot org
+33 (0) 617 11 37 42

Pour les contacts d'autres régions, consulter la liste des contacts internationaux.

Images et Logos

Tous les logos sont modifiables et redistribuables selon les termes de la licence PostgreSQL. Le nom PostgreSQL et le logo sont des marques déposées de la PostgreSQL Community Association of Canada.

Informations concernant les sociétés citées

« JSONB rapproche PostgreSQL des développeurs de la communauté JavaScript en permettant aux données JSON d'être stockées et requêtées nativement. node.js et les autres frameworks JavaScript côté serveur peuvent désormais profiter de la sécurité et de la robustesse de PostgreSQL, tout en continuant à stocker les données dans le format sans schéma qu'ils préfèrent », précise Matt Soldo, Responsable Produit chez Heroku Postgres.

À propos de Heroku : Heroku est le leader des plateformes en tant que service (PaaS), orienté sur la facilité d'utilisation, l'automatisation, et la fiabilité. Heroku, dont le siège se trouve à San Francisco, en Californie, est un supporter passioné et actif sur les technologies Ruby et les architectures en nuage. Pour plus d'informations, visitez notre site web et notre blog ou suivez Heroku sur Twitter. Heroku est une filiale, propriété exclusive de salesforce.com. Contact (uniquement en Anglais): Heroku PR

« La raison principale à notre adoption immédiate de PostgreSQL 9.4 en production est la nouvelle fonctionnalité de décodage logique », explique Marco Favale, responsable de production Cartographique chez Navionics. « La possibilité d'écrire des greffons de sortie personnalisés et flexibles nous permettra de récupérer de manière transparente les modifications sur certaines tables et de les répliquer où nous voulons, tout en supprimant les contraintes relatives aux solutions de réplication par triggers, lourdes et plus complexes à gérer. »

« Nous allons vraiment beaucoup gagner avec le rafraichissement concurrent des vues matérialisées, les réplicats différés (qui permettront aux restaurations après incident d'être plus robustes), ainsi qu'avec les améliorations de performances apportées par chaque nouvelle version », ajoute Marco Favale.

À propos de Navionics : Navionics (www.navionics.com) dispose de la plus important base de données de cartes marines, de voies navigables et de lacs au monde, couvrant les océans, toutes les mers de la planète ainsi que des centaines de milliers de lacs et rivières. Nombre de ces cartes ont été élaborées par le biais d'enquêtes exclusives de Navionics réalisées à la fois sur le terrain et par sondage à distance notamment par imagerie satellitaire et scanners laser aéroportés. Navionics est situé en Italie, aux États-Unis, en Inde et en Estonie, avec des ventes et des services partout dans le monde. Contact (Anglais ou Italien): Marco Favale

« Zalando dépend de la stabilité et des performances de centaines de serveurs de bases de données PostgreSQL pour satisfaire des millions de clients partout en Europe. Nous nous tenons à jour des dernières versions de développement de PostgreSQL depuis 2010, lorsque nous avons mis en place la première Release Candidate de PostgreSQL 9.0. Chaque nouvelle version nous apporte plus de performances et des améliorations dont nous bénéficions pratiquement dès le premier jour. Nous sommes impatients d'utiliser la réplication différée, immédiatement utilisable avec PostgreSQL 9.4. Nous allons évaluer les outils de réplication bi-directionnelle, rendus possibles avec l'introduction du décodage logique. Notre équipe travaille déjà à l'amélioration de nos outils de supervision open source qui bénéficieront des statistiques temps réel sur les commandes fournies par le module pg_stat_statements et les multiples améliorations qu'il a reçu dans la version 9.4. Les améliorations des aggrégats, comme filter, rendent l'écriture des requêtes avec aggrégats plus facile et encourangent par la suite nos collègues à écrire du SQL bien plus élégant qu'auparavant », explique Valentine Gogichashvili, responsable des opérations bases de données chez Zalando Technologies.

Zalando est l'une des plus grosses entreprises de e-commerce en europe, opérant dans 15 pays à ce jour. Chez Zalando Technology, nous avons développé l'essentiel de notre plateforme en interne, notamment la boutique, les systèmes internes et le logiciel de logistique. En ce qui concerne le développement et les opérations sur les systèmes, nous utilisons majoritairement des solutions open source et travaillons en petites équipes flexibles. Nos équipes technologiques créent l'incroyable aventure de shopping en ligne Zalando, que des millions de clients apprécient chaque jour. Venez visiter notre site web ou notre blog

Support professionnel

PostgreSQL bénéficie du support de nombreuses sociétés, qui financent des développeurs, fournissent l'hébergement ou un support financier. Les plus fervents supporters sont listés sur la page des mécènes du développement.

Le travail sur JSONB a été financé par Engine Yard et soutenu par Heroku, Andrew Dunstan et plusieurs autres contributeurs. Le travail sur le Décodeur Logique a été piloté par 2ndQuadrant. Plusieurs autres sociétés ont contribué à cette version.

Il existe également une très grande communauté de sociétés fournissant du support PostgreSQL, des consultants indépendants aux sociétés multinationales.

Les dons sont acceptés avec plaisir.

Vous pouvez également acheter des produits dérivés de qualité sur la Boutique Zazzle PostgreSQL.

vendredi 21 novembre 2014

Publication de PostgreSQL 9.4 RC1

Le PostgreSQL Global Development Group a publié la version 9.4 RC1.

Il s'agit de la première Release Candidate pour la prochaine version de PostgreSQL.
Cette version devrait être identique à la version finale de PostgreSQL 9.4, à l'exception des éventuels bogues rencontrés dans les deux prochaines semaines.

Merci de la télécharger et de la tester, et au besoin de rapporter les failles rencontrées.

La liste complète des fonctionnalités de la version 9.4 est disponible sur la page des notes de version : http://www.postgresql.org/docs/devel/static/release-9-4.html.

Les descriptions détaillées et les notes complémentaires concernant les nouvelles fonctionnalités sont disponibles sur la page Wiki des fonctionnalités de la version 9.4 : http://wiki.postgresql.org/wiki/What%27s_new_in_PostgreSQL_9.4

Nous dépendons des tests de la communauté pour garantir que cette version est réellement performante et exempte de bogues.
Merci de télécharger la RC1 et de la tester dès que possible en conditions opérationnelles réelles. Vos retours et critiques sont indispensables aux développeurs.
Les fonctionnalités et API de cette RC1 sont identiques à la 9.4.0 finale, ce qui permet de construire et tester les applications avec celles-là.

Plus d'informations sur la façon de tester et de rapporter les problèmes sur la page suivante :
http://www.postgresql.org/developer/beta.

PostgreSQL 9.4 RC1 peut être obtenu en se rendant sur la page :
http://www.postgresql.org/download
Cette page inclut les binaires et installeurs pour Windows, Linux et Mac.

La documentation complète de la nouvelle version est disponible en ligne :
http://www.postgresql.org/docs/devel/static, et s'installe également avec PostgreSQL.

mardi 14 octobre 2014

Publication de PostgreSQL 9.4 bêta 3

Le « PostgreSQL Global Development Group » vient de publier la version 9.4 bêta 3, la nouvelle révision bêta de la prochaine version.

Cette bêta présente toutes les fonctionnalités qui seront disponibles dans la version 9.4, ainsi que les correctifs de la plupart des problèmes rencontrés pas les utilisateurs qui ont testé la bêta 2. Nous vous invitons à télécharger, tester, et signaler ce que vous trouverez.

Le changement principal dans la bêta 3 est la modification du type de format de données pour JSONB, afin de rendre les champs JSONB plus faciles à compacter et de réduire l'espace de stockage nécessaire. Ce changement n'est pas rétrocompatible. Les utilisateurs qui ont chargé des données dans les champs JSONB, en utilisant la 9.4 bêta 1 ou bêta 2, devront utiliser pg_dump et lancer une restauration pour passer en bêta 3.

Parmi les autres changements faits depuis la bêta 2, citons :

  • Changement des arguments de pg_recvlogical --create/--drop en --create-slot/--drop-slot
  • Éviter le délai excessif au démarrage du « background worker »
  • Suppression du paramètre de configuration num_xloginsert_locks, remplacé par #define
  • Correction de l'option --if-exists de pg_dump pour les « large objects »
  • Suppression de l'interdiction des clés d'objet JSON de taille nulle
  • Retour de NULL par json_object_agg s'il n'y a pas de ligne
  • Les instructions ALTER SYSTEM sont tracées comme des DDL
  • Correction de l'impossibilité pour la contribution auto_explain à afficher les informations temporelles par nœud
  • Plusieurs correctifs des vérifications TAP
  • Support de la commande ALTER SYSTEM RESET
  • Correctif de power_var_int() pour les exposants d'entiers long
  • Correctif pour vacuumdb --analyze-in-stages --all
  • Modification de la façon dont la latence est calculée avec l'option --rate de pgbench
  • Support de ALTER ... ALL IN pour les déclencheurs sur événement
  • Suppression de la restriction aux seuls superutilisateurs pour pg_is_xlog_replay_paused()
  • Correction de FOR UPDATE NOWAIT sur les chaînes de tuples actualisés
  • Correction de la gestion des Var pour les vues de barrière de sécurité
  • Correction des rafraichissements concurrents de niveau superutilisateur pour les vues matérialisées appartenant à autrui
  • Pas de suivi des DEALLOCATE dans pg_stat_statements
  • Correction du comportement aux limites des opérateurs d'extraction JSON/JSONB
  • Modification de la façon dont la cartographie des « tablespace » est effectuée par pg_basebackup
  • Refonte du MOVE ALL en ALTER ALL ... IN TABLESPACE
  • Correction du core dump de l'opérateur jsonb
  • Abandon des modifications du psql pour supporter le mode étendu à retour chariot
  • Ajout de l'option -S pour pg_receivexlog
  • Rejet des doublons de noms de colonnes dans les listes de colonnes référencées par les clés étrangères
  • Correction du crash du checkpointer
  • Multiples corrections mineures sur JSON et les fonctionnalités JSONB
  • Multiples corrections mineures sur le décodage logique
  • De multiples corrections de bugs concernant d'anciens problèmes sont à venir dans une prochaine version mineure
  • Également des améliorations et modifications dans la documentation

La bêta 3 inclut des changements sur pg_control et les catalogues système. De fait, les utilisateurs ayant testé la bêta 1 ou la bêta 2 devront les mettre à jour pour tester la bêta 3. Nous suggérons d'utiliser pg_upgrade pour cette mise à jour afin de le tester également.

Pour une liste complète des fonctionnalités de la version 9.4 bêta, veuillez consulter les notes de version http://www.postgresql.org/docs/devel/static/release-9-4.html.

Des descriptions et notes additionnelles des nouvelles fonctionnalités sont disponibles sur la page wiki des fonctionnalités 9.4 :
http://wiki.postgresql.org/wiki/What%27s_new_in_PostgreSQL_9.4.

Nous avons besoin de notre communauté pour nous aider à tester la prochaine version afin de garantir qu'elle a de bonnes performances et qu'elle est exempte de bogues.

Nous vous invitons à télécharger PostgreSQL 9.4 bêta 3 et à l'essayer avec vos projets et applications dès que possible, puis à faire vos retours et critiques aux développeurs PostgreSQL.

Les fonctionnalités et APIs de la bêta 3 ne changeront pas de manière substantielle avant la version finale, il est donc possible de créer des applications autour des nouvelles fonctionnalités en toute sécurité.

Plus d'informations sur la manière de tester et de signaler les problèmes http://www.postgresql.org/developer/beta.

Vous trouverez la bêta 3 de PostgreSQL 9.4, comprenant les binaires et les installeurs pour Windows, Linux et Mac, sur la page de téléchargement http://www.postgresql.org/download.

La documentation complète de la nouvelle version, disponible en ligne http://www.postgresql.org/docs/9.4/static/, est également installée avec postgreSQL.

jeudi 20 mars 2014

PostgreSQL 9.3.4, 9.2.8, 9.1.13, 9.0.17, et 8.4.21 publiées

Le PostgreSQL Global Development Group a publié une mise-à-jour de toutes les versions supportées du SGBD, soit les versions 9.3.4, 9.2.8, 9.1.13, 9.0.17, et 8.4.21.

Lire la suite...

jeudi 20 février 2014

Sortie des versions correctives 9.3.3, 9.2.7, 9.1.12, 9.0.16 et 8.4.20

Le PostgreSQL Global Development Group publie aujourd'hui une mise-à-jour importante de toutes les versions supportées du SGBD PostgreSQL. Les versions publiées sont : 9.3.3, 9.2.7, 9.1.12, 9.0.16 et 8.4.20.

Cette mise-à-jour contient les correctifs de nombreux problèmes de sécurité et d'intégrité des données.

Cette mise-à-jour doit être appliquée avec la plus grande célérité, spécialement si la réplication binaire est utilisée, ou dans le cas d'applications sécurisées.

Correctifs de sécurité


Cette mise-à-jour corrige l'annonce de sécurité CVE-2014-0060, qui relève que PostgreSQL n'applique pas correctement la permission WITH ADMIN OPTION de la gestion des rôles.
Avant ce correctif, tout membre d'un ROLE pouvait accorder à d'autres la possibilité d'accéder à ce ROLE, même s'il n'avait pas le pouvoir WITH ADMIN OPTION. Il corrige aussi plusieurs problèmes d'escalade de privilèges, dont :
CVE-2014-0061,
CVE-2014-0062,
CVE-2014-0063,
CVE-2014-0064,
CVE-2014-0065 et
CVE-2014-0066.

Pour plus d'informations concernant ces problèmes, se référer aux pages de sécurité et au détail sur le WIKI.

Avec cette version, nous alertons également les utilisateurs sur une faille de sécurité connue qui permet aux utilisateurs d'une même machine d'accéder à un compte système lors d'un "make check" en cas de compilation depuis les sources : CVE-2014-0067.

Cette faille ne peut être corrigée sans problème pour notre infrastructure de test, aussi nous publierons un correctif distinct, et publique. Cette vulnérabilité étant temporelle, il est fortement recommandé de ne pas lancer de "make check" sur des systèmes où se trouvent des comptes utilisateurs non approuvés.

Corectifs de réplication et d'intégrité des données


Cette mise-à-jour corrige également des problèmes affectant la réplication binaire et le verrouillage de niveau ligne, et peut conduire à des corruptions de données récupérables.

Elle contient aussi des correctifs au verrouillage des pages d'index qui peut entraîner la corruption des index sur le réplica.

Un correctif d'un bogue du gel de transaction est fourni pour la version 9.3. Ce bogue pouvait faire réapparaître d'anciennes versions de lignes au sein de bases qui ont subit de nombreuses boucles dans les ID de transactions.

3 bogues pouvant empêcher le démarrage de nouveaux serveurs en StandBy.

Enfin, cette version corrige un bogue de corruption de clés étrangères, bien que les clés doivent être réparées manuellement après l'application du correctif.

En version 9.3, ces correctifs résultent en l'ajout de nouveaux paramètres de configuration du serveur pour gérer le gel des multixact.

À noter que les serveurs de secours doivent être mis à jour en 9.3.3 avant que le maître de réplication ne soit mis à jour, au risque de casser la réplication.

Autres améliorations


En plus des informations précédentes, les problèmes suivants ont été corrigés :

  • Correctif des traces binaires des modifications de la carte de visibilité ;
  • S'assurer que les index GIN tracent toutes les insertions ;
  • S'assurer que pause_at_recovery_target s'interrompe au bon moment ;
  • S'assurer que walreceiver envoie les messages de retour hot-standby au bon moment ;
  • Empêcher le code principal de perdre la main du fait de timeout ;
  • Eliminer de nombreuses conditions de concurrence critique ;
  • Corriger quelques HINTs dans les messages d'erreur ;
  • Prévenir le blocage du serveur en cas de perte de la connexion SSL ;
  • Correction de deux erreurs de gestion de l'Unicode ;
  • Prévenir le crash sur certaines syntaxes de sous-requêtes ;
  • Prévenir le crash lors de sélection sur des tables sans colonnes ;
  • Correction de deux bogues sur LATERAL ;
  • Correction de problèmes avec UNION ALL, le partitionnement et les updates ;
  • S'assurer que ANALYZE comprenne les domaines sur intervalles ;
  • Eliminer les vérifications de permissions lors de l'utilisation du tablespace par défaut ;
  • Correction de fuites mémoire dans les fonctions JSON ;
  • Autoriser les extensions sur déclencheurs par événement (event triggers) ;
  • Distinguer correctement les nombres dans les sorties JSON ;
  • Corriger les permissions pour pg_start_backup() et pg_stop_backup() ;
  • Accepter SHIFT_JIS comme nom de locale ;
  • Corriger le développement des .* pour les variables de fonctions SQL ;
  • Prévenir les boucles sans fin dans quelques erreurs de COPY ;
  • Plusieurs correctifs de problème client sous Windows ;
  • Rendre possible la construction de PostgreSQL avec Visual Studio 2013 ;
  • Mise-à-jour des fichiers de time zone en fonction des modifications récentes.

Des correctifs des modules suivants sont également publiés : ECPG, dblink, ISN, pgbench, pg_stat_statements et postgres_fdw. Les modifications et détails sont accessibles dans les notes de version de la documentation officielle.

Comme pour toute mise-à-jour mineure, il n'est pas nécessaire d'exporter/importer les bases ou d'utiliser pg_upgrade. Il suffit d'arrêter PostgreSQL, d'installer les nouveaux binaires, et de redémarrer. Si des versions mineures ont été oubliées précédemment, il peut être nécessaire de procéder à des étapes supplémentaires. Tous les détails sont accessibles dans les notes de version de la documentation officielle.

Liens:

 * Téléchargement
 * Notes de version
 * Security Page
 * Security Issue Detail Page

lundi 9 septembre 2013

Publication de PostgreSQL 9.3.0

Dossier de presse PostgreSQL 9.3

Contenu

  Texte original
  Détail des fonctionnalités
  Où télécharger
  Documentation
  Licence
  Contacts
  Informations concernant les sociétés citées
  Support commercial

Texte original

9 SEPTEMBRE 2013 : Le PostgreSQL Global Development Group annonce la publication de PostgreSQL 9.3, la dernière version du système de gestion de bases de données relationnelles OpenSource le plus évolué. Cette version étend la fiabilité, la disponibilité et la capacité de PostgreSQL à s'interfacer avec d'autres bases de données. Les utilisateurs rapportent déjà des développements rendus possibles par cette version.

« PostgreSQL 9.3 fournit des fonctionnalités qu'en tant que développeur d'applications je peux utiliser immédiatement : des fonctionnalités JSON améliorées, l'indexation d'expressions rationnelles, et la facilité à fédérer des bases de données grâce aux gestionnaires de données externes (« Foreign Data Wrapper », en anglais) de PostgreSQL. Je me demande réellement comment je pouvais mener à bien mes projets avant cette version, », déclare Jonathan S. Katz, CTO de VenueBook.

Accès en écriture aux données externes

La version 9.3 de PostgreSQL permet l'écriture au travers des gestionnaires de données externes (« Foreign Data Wrappers », en anglais). Cela permet les échanges bi-directionnels entre plusieurs systèmes. Les environnements informatiques d'aujourd'hui intègrent plusieurs bases de données et des sources de données semi-structurées. PostgreSQL permet de les intégrer dans un ensemble cohérent. L'équipe a également développé postgres_fdw, pilote hautement performant de fédération PostgreSQL-PostgreSQL en lecture/écriture.

« Les gestionnaires de données externes modifiables nous permettent de connecter et tester très facilement différentes alternatives. Divers besoins sont adressés rapidement et le prototypage devient intelligent, » explique Lee Holloway, Co-fondateur et directeur de l'ingéniérie chez CloudFlare. « Il est intéressant d'assembler de nouveaux moteurs de stockages de données (dont les nôtres, écrits en Go), de les mélanger et de les regarder lire, écrire, voire intéragir entre eux. »

Fiabilité et disponibilité renforcées

« PostgreSQL a toujours eu ma préférence pour sa stabilité, sa robustesse, ses garanties de cohérence et de durabilité des données, son respect des propriétés ACID et de la norme SQL, » affirme Pascal Bouchareine, directeur Recherche et Développement chez Gandi.net. « Je suis particulièrement impatient d'en apprendre plus sur le mécanisme de bascule rapide annoncé en 9.3. »

Cette nouvelle version inclut de nouvelles fonctionnalités qui étendent et améliorent encore la fiabilité et la disponibilité de PostgreSQL :

  • Sommes de contrôle sur les pages de données : aide les administrateurs à détecter rapidement tout disque ou composant matériel défectueux qui corrompt les données ;
  • Bascule rapide : bascule en moins d'une seconde entre le maître et le réplicat, offrant une disponibilité dite « carrier-grade » ;
  • Resynchronisation par streaming simple : reconfiguration plus simple, plus rapide des réplicats en cascade après bascule.

Fonctionnalités orientées développeurs

Comme toute nouvelle version, PostgreSQL 9.3 propose de nombreuses fonctionnalités facilitant le travail avec PostgreSQL. Cela le rend plus flexible et plus agréable pour les développeurs, les administrateurs et les architectes. Parmi ces fonctionnalités, citons :

  • des méthodes additionnelles de constructeur et extracteur JSON ;
  • les vues matérialisées et les vues inscriptibles ;
  • la possibilité de paralléliser pg_dump pour accélerer les sauvegardes des bases volumineuses ;
  • les LATERAL JOINs

De plus, avec PostgreSQL 9.3, la possibilité de définir ses propres processus autonomes intégrés (« Background Workers », en anglais) permet aux développeurs d'écrire des gestionnaires de tâches, des gestionnaires de requêtes, des traitements parallèles, des outils de « queueing » ou toute autre application permettant d'utiliser PostgreSQL comme séquenceur de tâches. Un exemple concret est Mongres, un processus autonome intégré qui accepte les requêtes MongoDB, les interprète et les transmet à PostgreSQL.

À propos de PostgreSQL

PostgreSQL est le système de gestion de bases de données libre de référence. Sa communauté mondiale est composée de milliers d'utilisateurs et contributeurs, et de plusieurs dizaines d'entreprises et institutions. Le projet PostgreSQL, démarré il y a 25 ans, à l'université de Californie, à Berkeley, a atteint aujourd’hui un rythme de développement sans pareil. L'ensemble des fonctionnalités proposées est mature et plus riche que ceux des systèmes commerciaux leaders sur les fonctionnalités avancées, les extensions, la sécurité et la stabilité, offertes à un niveau que seul PostgreSQL atteint. Pour en savoir plus, et prendre part à la communauté, rendez-vous sur le site du projet.

Détail des fonctionnalités

Pour des explications concernant les fonctionnalités décrites plus haut, et les autres, se référer aux ressources suivantes :

Téléchargements

Documentation

La documentation au format HTML et les pages de manuel sont installées avec PostgreSQL. La documentation en ligne, exhaustive et interactive, peut être parcourue, interrogée et commentée.

Licence

PostgreSQL utilise la licence PostgreSQL, une licence de type BSD qui nécessite simplement le maintien du copyright et des informations de licence dans le code source. Cette licence certifiée par l'OSI est largement appréciée pour sa flexibilité et sa compatibilité avec le monde des affaires, puisqu'elle ne restreint pas l'utilisation de PostgreSQL au sein d'applications propriétaires ou commerciales. Associée à un support proposé par de multiples sociétés et une propriété publique du code, sa licence rend PostgreSQL très populaire parmi les revendeurs souhaitant embarquer une base de données dans leurs produits sans avoir à se soucier des droits de licence, des verrous commerciaux ou modifications des termes des licences.

Contacts

Pages Web

Contact presse

France et pays francophones
Stéphane Schildknecht
fr at postgresql dot org
+33 (0) 617 11 37 42

Pour les contacts d'autres régions, consulter la liste des contacts internationaux.

Contacts

Informations concernant les sociétés citées

VenueBook

« PostgreSQL 9.3 fournit des fonctionnalités, qu'en tant que développeur d'applications, je peux utiliser immédiatement : des fonctionnalités JSON améliorées, l'indexation d'expressions rationnelles, et la facilité à fédérer des bases de données gràce au gestionnaire de données externes (« Foreign Data Wrapper », en anglais) de PostgreSQL. Je me demande réellement comment je pouvais mener à bien mes projets avant cette version, » déclare Jonathan S. Katz, CTO de VenueBook.

VenueBook est une solution de gestion d'événements en mode cloud qui permet de centraliser la gestion complète d'un événement. Nous fournissons un logiciel qui permet aux responsables de lieux de préparer et approuver les contrats, les menus et de procéder aux paiements, le tout en ligne. A la différence des autres systèmes du marché, qui permettent uniquement de gérer les événements, nous rationalisons les interactions et la réservation avec le planificateur. Contact (en anglais, uniquement) : info@venuebook.com, +1 646-543-8368

CloudFlare

« CloudFlare est fier de compter PostgreSQL 9.3 parmi ses outils. Ceux-ci permettent d'accélérer et de sécuriser des millions de sites web. PostgreSQL offre l'extensibilité et la personnalisation dont nous avons besoin pour être agile et évolutif au niveaux des données. Les parseurs de données externes modifiables nous permettent de connecter et tester très facilement différentes alternatives. Divers besoins sont adressés rapidement et le prototypage devient intelligent. Il est intéressant d'assembler de nouveaux moteurs de stockages de données (dont les nôtres, écrits en Go), de les mélanger et de les regarder lire, écrire, voire intéragir entre eux. »

« L'association des gestionnaires de données externes aux vues matérielles et aux jointures latérales côté requêtes&nsp;; et les processus autonomes intégrés côté supervision, font de PostgreSQL un outil vraiment puissant sur lequel nous assoierons notre croissance. CloudFlare est ravi de posséder cette pépite dans sa boîte à outils, » déclare Lee Holloway, co-fondateur et directeur de l'ingéniérie chez CloudFlare.

CloudFlare, Inc. accélère les sites, les protège des attaques, assure leur disponibilité et facilite l'ajout de webapp. CloudFlare booste les sites web indépendamment de la taille ou de la plateforme sans qu'il soit nécessaire de rajouter des ressources matérielles, d'installer des logiciels ou de modifier la moindre ligne de code. La communauté CloudFlare se renforce en grossissant ; tout nouveau site améliore le réseau. Par notre technologie innovante, chaque mois des centaines de millions de personnes utilisent un Internet plus sûr et plus rapide. CloudFlare a été reconnu pionnier technologique par le World Economic Forum, nommé «  Most Innovative Network and Internet Technology Company of the Year » en 2011 et 2012 par le Wall Street Journal, et classé parmi les 50 compagnies les plus innovantes en 2012 par Fast Company. CloudFlare est basée à San Francisco, Californie, USA. Contact (en anglais, uniquement) : press@cloudflare.com, +1 (650) 485-1399

Gandi.net

« Nous suivons les avancées de la réplication, et sommes très intéressés par les améliorations récentes dans ce domaine. Je suis particulièrement impatient d'en apprendre plus sur le mécanisme de bascule rapide annoncé en 9.3. Nous utilisons PostgreSQL pour la plateforme IAAS/PAAS de Gandi et depuis peu, en interne, comme socle d'un de nos systèmes temps réel qui stocke, calcule et présente des millions de lignes quotidiennement, sans difficulté. »

« PostgreSQL a toujours eu ma préférence pour sa stabilité, sa robustesse, ses garanties de cohérence et de durabilité des données, son respect des propriétés ACID et de la norme SQL » affirme Pascal Bouchareine, directeur Recherche et Développement chez Gandi.net.

GANDI.net a été l'un des premiers registraires approuvés par l'ICANN pour les domaines .COM, .NET,.ORG, .BIZ, .INFO, .NAME, .BE, .FR, .EU en France. Il propose aujourd'hui plus de 200 extensions et continue à faire croître cette liste. Gandi se considère comme un registraire éthique dans un milieu oùce n'est pas toujours le cas. Il place les droits et la vie privée de ses clients au dessus de tout le reste. Contact en anglais : Thomas Stocking, en français : Nicolas Lhuillery. Téléphone : +1 410.429.7402.

Support commercial

PostgreSQL bénéficie du support de nombreuses sociétés, qui financent des développeurs, fournissent l'hébergement ou un support financier. Les plus fervents supporters sont listés sur la page des mécènes du développement.

Il existe également une très grande communauté de sociétés fournissant du support PostgreSQL, des consultants indépendants aux sociétés multinationales.

Dons plaisamment acceptés.


mardi 27 août 2013

Sortie de PostgreSQL 9.3 Release Candidate 1

La RC1 de PostgreSQL 9.3 a été publiée ce jour.

Toutes les fonctionnalités de la version 9.3 sont désormais disponibles, et stabilisées. La communauté compte sur votre assistance pour vérifier que tous les bogues ont été éradiqués.

Les informations concernant les fonctionnalités sont disponibles sur :

N'hésitez pas à télécharger la version 9.3 rc1 le plus rapidement possible et à remonter tout bogue rencontré, tout manque dans la documentation, ou toute régression constatée.

Nous souhaitons publier une version 9.3.0 exempte de bogue dans les semaines qui viennent. Mais cela dépend aussi de l'aide reçue dans les campagnes de tests.

Tout bogue doit être remonté à pgsql-bugs(at)postgresql(dot)org, ou signalé à l'aide du formulaire http://www.postgresql.org/support/s...

Le code source et les installeurs binaires pour la plupart des plateformes sont disponibles sur la page de téléchargement http://www.postgresql.org/download/


Annonce originelle publiée par Dave Page

Adaptation personnelle par Stéphane Schildknecht

vendredi 28 juin 2013

Sortie de PostgreSQL 9.3 Bêta 2

La seconde version bêta de PostgreSQL 9.3 est désormais disponible. Cette bêta propose un avant-goût de toutes les fonctionnalités qui seront inclues dans la version 9.3.

Téléchargez, testez et envoyez vos commentaires !

Changements depuis la version Bêta 1

Ci-dessous la liste des changements et des corrections effectués depuis la version précédente. Si vous avez testé une fonctionnalité de la première bêta, merci de la testez à nouveau pour vous assurer que tous les éventuels problèmes ont été résolus.

  • éviter le saut de xid au démarrage du Hot Standby
  • éviter les verrous morts sur insertion avec les index SP-GiST
  • ajout d'un drapeau "updatable" visible pour les utilisateurs sur les tables distantes et les vues
  • correction de 2 problèmes avec JSON et Unicode
  • s'assurer que pg_isready affiche des infos de connexion correctes
  • correction de l'ordre des dépendances pour les triggers sur événements dans pg_dump
  • correction des tests de régression pour postgres_fdw
  • correction de pg_xlogdump -r
  • array_remove() ne retourne plus des tableaux vides incorrects
  • correction de formattage du fichier recovery.conf généré automatiquement
  • simplification de la gestion des crashs après une bascule d'urgence
  • CREATE FOREIGN TABLE peut inclure une colonne SERIAL
  • Le mot "FOREIGN" est optionnel dans la commande "ALTER TABLE"
  • intégration des mises à jour de traduction
  • de nombreuses mises à jour sur la documentation

De plus, toutes les corrections effectuées sur les branches antérieures de PostgreSQL ont été reportées sur la version bêta 2.

Pour une liste complète des fonctionnalités de la version 9.3, reportez-vous aux notes de version : http://www.postgresql.org/docs/devel/static/release-9-3.html

Des descriptions détaillées des nouveautés sont disponibles sur le wiki du projet : http://wiki.postgresql.org/wiki/Wha....

Testez PostgreSQL 9.3 Bêta 2 dès maintenant !

Le projet PostgreSQL dépend de sa communauté pour les tests des versions à venir et ainsi garantir que les performances seront au rendez-vous et qu'il n'y aura pas de bugs.

Téléchargez PostgreSQL 9.3 Bêta 2 et essayez-le avec vos applications dès que vous le pouvez, puis renvoyez vos commentaires aux développeurs de PostgreSQL.

Les fonctionnalités et les API de la version bêta 2 ne vont pas évoluer de manière significative d'ici la sortie de la version finale. Dès lors il n'y a aucun problème à démarrer vos nouveaux projets en profitant des nouveautés de cette version.

Pour plus d'information sur comment tester et comment remonter un problème, rendez-vous sur la page suivante:

http://www.postgresql.org/developer...

Vous pouvez obtenir la version bêta 2 de PostgreSQL 9.3 sur la page de téléchargement officielle : http://www.postgresql.org/download.

Des installateurs et paquets sont d'ores et déjà disponibles pour plusieurs plate-formes, notamment Solaris and FreeBSD. Les autres seront disponibles dans le courant de la semaine prochaine.

La documentation de cette nouvelle version est disponible à l'adresse suivante : http://www.postgresql.org/docs/9.3/...

PS : L'annonce officielle est disponible ici : http://www.postgresql.org/about/new...

mardi 14 mai 2013

Sortie de PostgreSQL 9.3 bêta 1

La première version bêta de PostgreSQL 9.3, la dernière mouture de la meilleure base de données open source, est disponible. Cette bêta vous donnera un avant-goût de toutes les fonctionnalités qui seront disponibles dans la version 9.3. Vous pouvez d'ores et déjà commencer les tests de validation.

Téléchargez cette version, essayez-la et déclarez les éventuels problèmes que vous découvrez !

Principales nouveautés :

Les fonctionnalités à tester en priorité sont les suivantes :

  • Écriture sur des tables distantes (Writeable Foreign Tables) et envoi des données sur des systèmes de stockage externes
  • Fédérer des bases PostgreSQL avec le connecteur pgsql_fdw
  • Mettre à jour des vues automatiquement
  • Créer des vues matérialisées
  • Tester les jointures latérales (LATERAL JOIN)
  • Utiliser les nouvelles fonctions JSON
  • Indexation pour la recherche par expressions rationnelles
  • Checksums des pages disque pour détecter les erreurs du systèmes de fichiers

Avec les version 9.3, PostgreSQL a réduit drastiquement son utilisation des mémoires partagées SysV au profit de mmap. Ceci permet une installation et une configuration plus facile. Cependant cela implique que les utilisateurs de PostgreSQL testent cette nouveauté de manière rigoureuse et s'assurent qu'aucun problème de mémoire n'est apparu.

Les utilisateurs de PostgreSQL sont également invités à tester attentivement les améliorations des verrous sur clefs étrangères ("Foreign Key Locks")

Fonctionnalités supplémentaires

Ce n'est pas tout. Cette version apporte encore plus de nouveautés, notamment :

  • Bascules d'urgence rapides (Failover) vers un serveur secondaire pour garantir la haute disponibilité de vos données
  • Reconstruction d'un serveur secondaire uniquement via streaming
  • Améliorations des verrous sur clefs étrangères
  • pg_dump en parallèle pour des sauvegardes plus rapides
  • Un dossier pour les fichiers de configuration
  • Sonde pg_isready pour vérifier la disponibilité d'une base
  • Option COPY FREEZE pour réduire les entrées/sorties en cas de chargement massif
  • Processus en arrière-plan définis par l'utilisateur pour effectuer des taches automatisées
  • Déclaration de vues récursives
  • Directive lock_timeout

La liste complète des avancées de la version 9.3 bêta est disponible dans la note de publication (en anglais) : http://www.postgresql.org/docs/deve...

Pour plus de détails et des exemples, rendez-vous sur la page wiki des nouveautés de PostgreSQL 9.3 (en anglais) : http://wiki.postgresql.org/wiki/Wha...

Testez PostgreSQL 9.3 bêta 1 dès maintenant !

La qualité et les performances de PostgreSQL dépendent de l'implication de sa communauté dans les tests des versions bêta.

Téléchargez PostgreSQL 9.3 Beta 1 et essayez-la dès que possible dans vos environnements et avec vos applications. Et envoyez vos commentaires aux développeurs de PostgreSQL.

Les fonctionnalités et les API de la version bêta 1 ne changeront pas d'ici la sortie de la version finale. Vous pouvez donc commencer à développer des applications dès maintenant avec cette version.

Plus d'information sur la façon de tester et remonter un problème : http://www.postgresql.org/developer...

Vous pouvez obtenir les binaires et les installeurs Windows, Linux et Mac sur la page de téléchargement : http://www.postgresql.org/download

La documentation de la nouvelle version est disponible http://www.postgresql.org/docs/deve...

Lien vers l'annonce officielle: http://www.postgresql.org/about/new...

lundi 10 septembre 2012

Publication de PostgreSQL 9.2

Le PostgreSQL Global Development Group annonce la sortie de PostgreSQL 9.2, dernière version en date du système de gestion de bases de données libre de référence.
Depuis l'annonce de la version bêta en mai, les développeurs et les intégrateurs louent les avancées en terme de performance, de flexibilité et d'extensibilité.
Une adoption massive de cette version est attendue.

« PostgreSQL 9.2 intègre le support natif de JSON, les index couvrants, des performances et une réplication encore améliorées, et beaucoup d'autres fonctionnalités. Nous attendons cette version avec impatience. Elle sera disponible en "Early Access" dès sa publication par la communauté, » déclare Ines Sombra, Lead Data Engineer, EngineYard.


Performances et extensibilité accrues


Grâce aux améliorations apportées à l'extensibilité verticale, PostgreSQL exploite mieux les ressources matérielles de serveurs plus puissants.
Les avancées dans la gestion des verrous, l'efficacité d'écriture, les accès aux données par les index couvrants, et autres opérations de bas niveau permettent à PostgreSQL de gérer des volumes conséquents.
En chiffres, cela donne :

  • jusqu’à 350.000 requêtes en lecture par seconde (plus de 4x plus rapide) ;
  • les accès aux données à partir des index pour les requêtes de type entrepôt de données (2 à 20x plus rapide) ;
  • jusqu’à 14.000 requêtes en écriture par seconde (5x plus rapide) ;
  • une consommation électrique des processeurs jusqu’à 30% moindre.

De plus, l'ajout de la réplication en cascade augmente les possibilités d'extension horizontale.

« NewsBlur, un lecteur d'informations issues des réseaux sociaux, repose sur PostgreSQL pour stocker des millions de sites et de contributions. Solide et fiable depuis des années, » déclare Samuel Clay, fondateur de NewsBlur.com. « Nous sommes toujours à la pointe (9.1 actuellement, et bientôt en 9.2 pour la seule réplication en cascade) et le plaisir dure depuis la version 8.4. »

Flexibilité orientée développeurs


La flexibilité de PostgreSQL se reflète dans la diversité des organismes qui l'ont adopté. Citons la NASA, la FAA, le Chicago Mercantile Exchange et Instagram. Tous reposent sur PostgreSQL pour leurs applications critiques.
La version 9.2 étend encore le concept de flexibilité en incluant les types « Range » (étendue) et JSON, permettant ainsi aux développeurs d'élargir leurs utilisations de PostgreSQL.

Les types « Range » permettent de créer de meilleures applications de type calendrier, scientifiques ou financières. Aucun autre système majeur de gestion de bases de données ne propose cette fonctionnalité, qui autorise une gestion intelligente des intervalles de temps ou de nombre.

Avec PostgreSQL 9.2, les résultats de requête peuvent être retournés sous la forme de types de données JSON. Combiné aux nouvelles extensions de programmation javascript PL/V8 et PL/Coffee, et au système de stockage optionnel clé-valeur HStore, cela permet d'utiliser PostgreSQL comme une base documentaire de type « NoSQL », tout en conservant la fiabilité, la flexibilité et la performance de PostgreSQL.

« Le support natif du JSON dans PostgreSQL fournit un mécanisme efficace de création et de stockage de documents pour les APIs Web. Nous utilisons des bibliothèques frontales de type jQuery pour interroger des données structurées en arbres et tableaux. Notre travail se trouve facilité par la disponibilité des données au format JSON, qui améliore également les performances, » explique  Taras Mitran, Architecte senior, IVC Inc.

  • Press Kit : http://www.postgresql.org/about/press/presskit92/fr
  • Notes de version : http://www.postgresql.org/docs/9.2/static/release-9-2.html
  • Téléchargements : http://www.postgresql.org/downloads

lundi 20 août 2012

Mises à jour mineures de PostgreSQL : 9.1.5, 9.0.9, 8.4.13, 8.3.20

Le projet PostgreSQL sort aujourd'hui des mises à jour de sécurité pour toutes les branches actives du SGBD PostgreSQL. Ces mises à jour correspondent aux versions 9.1.5, 9.0.9, 8.4.13 et 8.3.20.

Cette mise à jour corrige des failles de sécurité liées à libxml2 et libxslt, similaires à celles affectant les autres projets open source utilisant ces librairies. Il est conseillé à tous les administrateurs de bases de données PostgreSQL de mettre à jour leur version de PostgreSQL lors de leur prochain arrêt de maintenance. Vous trouverez plus de détails sur les corrections de failles de sécurité ci-dessous.

Cette publication de sécurité corrige une vulnérabilité dans les fonctionnalités intégrées XML et XSLT qui sont incluses avec l'extension en option XML2. Ces deux vulnérabilités permettent la lecture de fichiers arbitraires par n'importe quel utilisateur de base de données authentifié, et la vulnérabilité XSLT permet aussi l'écriture de fichiers. Les correctifs posent quelques problèmes de compatibilité ascendante. Cette mise à jour inclut deux correctifs de sécurité pour les failles suivantes :

La librairie libxslt offre la possibilité de lire et d'écrire des fichiers et URLs au travers de commandes de feuilles de style, ce qui permet à un utilisateur non privilégié de la base de données de tenter de lire et d'écrire des données avec les privilèges du serveur de base de données. Il convient de désactiver cela au travers des propres options de sécurité de la librairie libxslt.

La fonction xml_parse() pourrait tenter de récupérer des fichiers externes ou des URLs pour résoudre des DTD et des entités de références dans une valeur XML, ce qui permet à un utilisateur non privilégié de la base de données de tenter de ramener des données avec les privilèges du serveur de base de données. Même si les données externes ne sont pas renvoyées directement à l'utilisateur, des portions de ces données peuvent être exposées dans le message d'erreur affiché si les données XML sont détectés comme n'étant pas valides; et dans tous les cas la possibilité de tester l'existence d'un fichier peut être utile pour un attaquant.

Les utilisateurs qui utilisent la fonctionnalité XML interne pour valider des DTD externes auront besoin de développer une solution de contournement car le patch de sécurité désactive cette fonctionnalité. Les utilisateurs qui utilisent xslt_process() pour rapporter des documents ou feuilles de style à partir d'URL externe ne seront plus capable de le faire. Le projet PostgreSQL regrette qu'il ait été nécessaire de désactiver ces deux fonctionnalités pour maintenir le niveau de sécurité habituel. Ces problèmes de sécurités sont relativement similaires aux problèmes corrigés récemment par les projets WebKit (CVE-2011-1774), XMLsec (CVE-2011-1425) et PHP5 (CVE-2012-0057).

Cette mise à jour contient également plusieurs correctifs pour la version 9.1 et un petit nombre de correctifs pour les anciennes versions :

  • Mise à jour et corrections des données de timezone.
  • Nombreuses mises à jour et corrections dans la documentation.
  • Ajout d'une limite à max_wal_senders.
  • Corrections des dépendances générées pendant un ALTER TABLE ADD CONSTRAINT USING INDEX.
  • Corrige le comportement des conversions unicode pour PL/Python.
  • Correction de WITH attaché à un set d'opérations imbriquées (UNION/INTERSECT/EXCEPT).
  • Correction du syslogger pour que log_truncate_on_rotation fonctionne lors de la première rotation.
  • Autorise uniquement autovacuum à être automatiquement annulé par un processus directement bloqué.
  • Amélioration des opérations des demande de file d'attente par fsync
  • Empêche un cas particulier de core dump dans rfree().
  • Corrige Walsender pour qu'il réponde correctement aux timeouts et deadlocks.
  • Plusieurs corrections dans PL/Perl relatives à des problèmes d'encodage.
  • Fait en sorte que les opérateurs de sélectivité utilisent la bonne collation.
  • Empêche les esclaves inaptes d'être choisis pour la réplication synchrone.
  • Fait en sorte que REASSIGN OWNED marche aussi avec les extensions.
  • Corrige un cas non traité dans les comparaisons à base d'ENUM.
  • Fait en sorte que NOTIFY prenne mieux en compte les problèmes out-of-disk-space.
  • Corrige une fuite mémoire dans les sous-select de requêtes ARRAY.
  • Réduction de la perte de données lors du basculement de la réplication.
  • Corrige le comportement des sous transactions avec le Hot Standby.

Comme pour les autres versions mineures, il n'est pas nécessaire de sauvegarder et recharger les bases de données. Il n'est pas utile non plus d'utiliser pg_upgrade. Pour appliquer cette mise à jour, il suffit d'arrêter PostgreSQL, de mettre à jour les exécutables et de redémarrer PostgreSQL. Il faut réaliser les étapes post-mise-à-jour une fois le serveur redémarré.

Toutes les versions supportées de PostgreSQL sont affectées. Les notes de version de chaque branche contiennent une liste complète des modifications avec de nombreux détails.

Téléchargez les nouvelles versions maintenant sur :

  • http://www.postgresql.org/download/
  • Code source: http://www.postgresql.org/ftp/source/
  • Paquets binaires: http://www.postgresql.org/ftp/binary/
  • Installeur One-click (dont le paquet Windows): http://www.enterprisedb.com/products-services-training/pgdownload

lundi 14 mai 2012

Publication de PostgreSQL 9.2 Beta

Le PostgreSQL Global Development Group publie ce jour la version beta de PostgreSQL 9.2. Celle-ci améliore considérablement les performances et les possibilités d'extension verticale et horizontale. L'aide de tous est requise pour tester cette version.

Les avancées principales en terme de performance et d'échelonnabilité incluent :

  • Les parcours des seuls index, qui permettent aux utilisateurs d'éviter d'inefficaces parcours des tables ;
  • la possibilité d'atteindre une charge de lecture sur 64 cœurs de plus de 300 000 requêtes/seconde ;
  • des améliorations de la vitesse d'écriture des données, grâce notamment à la validation de transactions par groupe ;
  • abaissement de la consommation CPU ;
  • réplication en cascade, permettant une distribution géographiques des esclaves.

PostgreSQL 9.2 apporte aussi de nouvelles fonctionnalités pour les développeurs d'application, dont :

  • le support des données JSON, autorisant les bases hybrides document-relationnelle ;
  • les types échelle, ce qui permet de nouveaux types calendrier, échelles de temps, et d'applications analytiques ;
  • de nombreuses améliorations de la commande ALTER, et de quelques autres instructions, facilitant les modifications de bases en production.

La liste complète des fonctionnalités de cette version est disponible sur la page des notes de version : http://www.postgresql.org/docs/devel/static/release-9-2.html

Le projet repose sur la participation active de la communauté à cette période de tests pour permettre la publication d'une version hautement performante et dénuée de bogues.

N'hésitez pas à télécharger PostgreSQL 9.2 béta, à la tester avec vos applications et votre charge, et à faire un retour aux développeurs de PostgreSQL. Vous trouverez toutes les informations sur les tests et les rapports d'erreur à la page : http://www.postgresql.org/developer/beta

Page de téléchargement, binaires, installeurs Windows, Linux et Mac : http://www.postgresql.org/download

La documentation complète, installée avec PostgreSQL, est également disponible en ligne : http://www.postgresql.org/docs/devel/static.

- page 1 de 6

Propulsé par Dotclear